TESTUDO HERMANNI HERMANNI "CORSE"


Cette  population devrait avoir une origine commune avec nos T. hermanni italiennes et est étroitement voisine des formes que nous trouvons en Sardaigne en raison du fait qu'en des temps reculés les deux îles ne faisaient qu'une.

TESTUDO HERMANNI hermanni (Gmelin, 1789)
HABITAT : dans la nature l'espèce occupe les garrigues et les zones où prédomine le taillis méditerranéen.
STATUT ET VULNERABILITE : les populations libres sont encore assez nombreuses, même si la menace des incendies tue chaque été de nombreux exemplaires.
Les photos sont celles d'exemplaires élevés par nos amis français du site www.tortues-terrestres.forumactif.com qui les ont aimablement mises à notre disposition. Nous tentons une description morphologique basée sur ces photos et sur les informations en notre possession ; bien que se basant aussi sur d'autres sources, une description de départ basée sur l'observation de seulement quelques exemplaires ne peut en aucun cas est tenue comme fiable et pourrait tout aussi bien être démentie sur la base d'observations ultérieures.
DIMENSIONS MAXIMALES DES MÂLES : plus grande que  la souche varoise;
DIMENSIONS MAXIMALES DES FEMELLES : plus grande que la souche varoise ;

CARAPACE
: elle présente des caractères similaires à celle de la T.h.h. de Sardaigne avec une coloration plus claire par rapport aux varoises. La seconde vertébrale, au niveau de la suture antérieure qui la relie à la première vertébrale se présente arrondie. Un évasement est présent sur les marginales postérieures et un rétrécissement de la carapace au niveau des marginales antérieures, qui est très prononcé surtout chez les mâles.
PLASTRON : il devrait présenter des caractéristiques similaires à celles des populations de Sardaigne avec une coloration plus claire que les varoises ;
PEAU : elle apparaît plutôt gris-sable sur les membres alors que le crâne, plus foncé, est cependant jaune ou présente une coloration jaunâtre sur fond noir.
GRIFFES : les tortues de souche corse présentent souvent seulement quatre griffes aux pattes antérieures généralement de couleur claire. Anomalie fréquente elles sont souvent asymétriques.

Aujourd'hui en Europe toutes les tortues sont étudiées et surveillées ; cela implique que sur de nombreux individus sauvages soient appliqués des puces électroniques et des transmetteurs satellitaires dans le double but d'établir un relevé des déplacements, et de sauvegarde.
Cette pratique a beaucoup découragé le braconnage dans la mesure où n'étant pas visibles, ces dispositifs rendent les exemplaires sauvages reconnaissables et traçables.
En outre, aujourd'hui, une législation communautaire, nationale et régionale prévoit la mise en état d'arrestation et le paiement d'amendes très salées en cas de capture de ces reptiles hautement protégés.


INDIETRO

 

FOTO ESEMPLARI

 

la couleur de la peau du crâne est claire

La seconde vertébrale, au niveau de la suture antérieure qui la relie à la première vertébrale se présente arrondie

les tortues de souche corse présentent souvent seulement quatre griffes aux pattes antérieures

 

NOTE EDITORIALI - TARTOOMBRIA: IL SITO DI RIFERIMENTO PER I "TARTAMANTI" UMBRI - FOLIGNO (PG) - INFO@TARTOOMBRIA.ORG